La note "zéro"

... le beignet non mérité!

 

Dans l'optique de l'évaluation des compétences, la note "zéro" est impossible.

Evaluer une prestation d'élève dans cette optique, revient à dire:

- qu' on évalue certes un produit (un texte, des réponses), mais aussi des processus (qui ont généré ce produit) : sensori-moteurs, cognitifs, socio-culturels, etc.

- qu'on évalue les contenus linguistiques au même titre que d'autres critères, d'une manière séparée (on ne sanctionne pas deux fois la même erreur)

- qu'on évalue les processus mentaux dits "inférieurs" (graphie, reproduction, présentation, ...) en plus des processsu dits "supérieurs" (analyser, synthétiser, rédiger un texte cohérent, etc.)

NB:  lors de l'évaluation des compétences, un "zéro" renvoie à un néant, à une non-existence, .... ce qui n'est pas vrai.

 

Commentaires

  • Simohamed
    • 1. Simohamed Le 11/06/2018
    bonjour cher professeur
    Parfois, on demande à un étudiant de rédiger une production écrite et il nous donne une feuille vierge. Alors dans ce cas combien vaut-il qu'on lui donne?
  • le modérateur
    • 2. le modérateur Le 11/06/2018
    Merci Simohamed
    quand on corrige, on s'aperçoit qu'il y a plusieurs types de copies: celles qui respectent les critères, celles qui les respectent partiellement, celles qui excellent, celles qui se démarquent par rapport à la consigne mais qui sont acceptables, etc.
    L'exemple que vous avez donné fait partie des copies qu'on peut appeler "atypiques" (en plus de celle qui reproduit uniquement les consignes, etc.). A celles-là, il faut un traitement exceptionnel. les critères déjà formulés (cohérence, pertinence, correction de la langue) ne peuvent y être appliqués.
    On peut donc la soumettre à des critères beaucoup plus souples (qui FONT PARTIE DE LA COMPÉTENCE GLOBALE = le français,) mais qui ne peuvent pas favoriser cette copie par rapport à des productions meilleures. on peut lui donner le minimum de la note sans que cela soit un zéro considérant que cet élève sait déjà écrire son nom en français (savoir), qu'il sait déjà présenter sa copie (savoir-faire), qu'il a déjà, peut-être, respecté les conditions de l'examen (il n'a pas triché, etc.)(savoir-être).
    Merci et bonne chance
  • Khalid Belbachir
    • 3. Khalid Belbachir Le 12/06/2018
    Etymomogiquement parlant , le mot évaluer signifie donner "valeur" à une chose . De ce fait, . une valeur ne peut , en aucun cas , être inférieure ou égale à un "zéro" sinon comment comment feraient les marchands pour peser et donner une valeur équivalente en espèces au produit qu'ils entendent vendre. (Veuillez excuser la métaphore).
    Nos pratiques de classes , l'évaluation en fait partie évidemment, sont largement influencées par les réminiscences de la manière dont on a été évalués lors de notre cursus scolaire. On reproduit à l'identique les mêmes pratiques ; autrement dit les mêmes schèmes d'action ,les mêmes attitudes et les mêmes représentations . c'est "une constance macabre" (1)que vouloir évaluer de la même façon ,sans ce recul , cette remise en question de notre agir professionnel et sans cet esprit d'innovation qui donne tout sens à nos actions.
    (1) Mot d'André Antibi.
  • aziz
    • 4. aziz Le 27/10/2019
    Après pardon pour le modérateur je me suis trompé de page et j'ai poster le même sujet
    « Tout élève est apte à l’apprentissage, mais il y a des profs incapables de transmettre l’apprentissage. »
    Je m’explique :
    1. Élève = l’adaptabilité ou l’aptitude pour « apprendre est % » … en arabe (قابلية التعلم عند التلميذ)
    2. Donc il peut établir un Contrat ... didactique... « l'ensemble des comportements de l'enseignant qui sont attendus de l'élève, et de l'ensemble des comportements de l'élève qui sont attendus de l'enseignant. »
    3. Selon le barème de l’évaluation sur 10
    a. 1.2.3 sur 10 -------------- l’élève a besoin de remédiation
    b. 4.5.6 sur 10 ---------------l’élève a besoin de soutien
    c. 7.8.9 sur 10 ---------------l’élève a besoin d’enrichissement
    d. 1 sur 10 ----------- pour la présentation (l’aspect du support….. feuille ou maquette …. Selon la matière)
    4. Selon les examens la note (appréciation) est définie par la note de service du ministère qui en impose l’intervalle au correcteur et correctrice

    Le problème
    1. On ne fait pas de test pour l’individu par un spécialiste pour sa scolarisation
    2. On ne fait pas recours à son carnet de scolarisation qui reste vide de notification dés sa scolarisation … à la direction
    3. On accuse le prof qui n’a pas fait cas d’examiner le cas de ses apprenants un par un au début
    4. Le prof n’a pas établi la liste des élèves non recevables en catégorie « des élèves aptes ».
    5. On l’accepte en classe
    6. Vous lui donnez « 0/10 » …

    Conséquence
    1. Le prof est incapable de le motiver, de l’intéresser ……de lui transmettre le savoir en bref.
    2. Vous devez écrire un rapport …. Pour protéger votre réputation de prof
    3. Si vous n’êtes que correcteur vous devez rédigez un rapport pour justifier
    4. Vous devez vous expliquez devant la hiérarchie …..
    5. Si non vous avez le droit d’exercer le droit de retrait ... (ils présentent une perturbation ou un danger pour le bon déroulement des séances) à condition d’avoir des témoins ou des preuves ….
    À vous de choisir
    Reste à signaler qu’aujourd’hui on intègre plusieurs catégories d’apprenants sans conditions (accompagnateur/ formation du prof …etc.) …dans la politique de l’inclusion ou l’intégration des handicapés. (C’est un autre problème !!!).
    Faîtes preuve d’astuces professionnelles …. Et bon courage …
    Surtout au modérateur … qui m’a offert l’occasion de transmettre … 37 ans de services à nos juniors…

Ajouter un commentaire