Education aux valeurs

Un enfant par l'éducation façonné est un modèle de bon citoyen confectionné,

 

L’enseignement/apprentissage des valeurs (ou mieux l’éducation aux valeurs) est problématique à plus d’un titre :

  • S’agit-il de la traiter en tant que contenus axiologiques ?
  • S’agit-il de la présenter comme des démarches de pensée ?
  • S’agit-il de la gérer comme des comportements dans des situations ?
  • S’agit –il de proposer des valeurs liées aux convictions personnelles?
  • Etc.

Les valeurs peuvent être religieuses, socioculturelles, nationales, universelles, etc. : solidarité, respect, amour de la science, la sincérité, la retenue, …. Elles sont généralement inscrites dans le curriculum. Dans un souci institutionnel, il est recommandé de se limiter aux valeurs explicitées dans le curriculum de la discipline (voir MEN, Livre Blanc ; 2002) ou reconnues comme étant positives par les différents référentiels en vigueur (notes ministérielles, livrets, manuels, etc.)

Les pratiques de classe développent certes des savoir-être qui peuvent s’apparenter à une éducation aux valeurs, mais les résultats ne sont pas toujours à la hauteur de nos attentes ; rien qu’à voir les cas de violences scolaires inter-élèves, les comportements irrespectueux, les incivilités, les réactions agressives aux alentours des établissements, les problèmes relationnels sur Facebook ou dans la vie quotidienne, etc. pour réaliser l'ampleur du phénomène et pour adhérer à la nécessité d’une telle éducation

Il n’y a pas vraiment de recettes prêt-à-porter pour juguler définitivement ce mal (l'éducation est dédiée justement à ce but) ; mais il est évident que les discours moralisateurs, surtout oraux, à eux seuls, ne peuvent résoudre le problème. Les prêches peuvent émouvoir, donner matière à réflexion, etc., mais pour des gens adultes et ayant de l’entendement. Le sens de la morale chez les élèves est en effet embryonnaire et encore en cours de construction

Ce qu’il faudrait au niveau de la conception et de la planification (propositions à titre indicatif, plateforme pour la réflexion) :

  • Concevoir des situations problématiques, proches du vécu, à caractère humaniste, visant les contradictions et les paradoxes humains, …  
  • Réfléchir à des méthodes d’autocritique, d’autodérision, de comique, (on peut combattre certains mauvais comportements en les ridiculisant: ridiculiser le comportement et non la personne)
  • Centrer le comique sur les comportements et non sur les personnes ; une éducation aux valeurs doit être dépersonnalisée ; on peut recourir aux jeux de rôle, au théâtre, à la simulation pour critiquer et faire réfléchir
  • Proposer aussi des situations présentant de bons comportements sous forme d’activités simulant la réalité
  • Proposer des supports (textes, images, etc.) proposant des récits à caractère axiologique : les élèves peuvent s’identifier à un personnage valeureux, à un protagoniste chevaleresque, se solidariser avec une personne maltraitée, etc.

Au niveau de la gestion en classe :

  • Solliciter l’apport des élèves : fournir des supports, des données et laisser réfléchir, faire comparer des idées, fournir les ressources linguistiques pour aider les élèves à s’exprimer, etc.
  • Créer des débats, des confrontations d’idées, des liens avec la vie réelle, etc.

 

Ajouter un commentaire