Conseils d'enseignement

un canal de communication... qui n'est pas malheureusement bien exploité.

 

Les conseils d'enseignement sont régis par  le décret ministériel n° 2.02.376 fixant le statut des établissements d'éducation et de formation (17 juillet 2002). Ils sont destinés à réaliser un triple objectif:

1. créer un espace de débat et d'échange entre les enseignants d'un même établissement qui déboucherait sur la conception collective d'un projet commun susceptible d'améliorer les pratiques pédagogiques.

2. instaurer une communication pédagoqique avec les autres partenaires, surtout avec l'inspecteur, qui informera les autres instances à partir d'un rapport de synthèse qui prend en compte les remarques contenues dans les rapports issus des établissements.

3.résoudre tous les problèmes à caractère local et renvoyer ceux qui nécessitent une intervention externe aux instances concernées.

 

L'examen de l'état actuel des choses révélerait qu'il y a des dysfonctionnemenst énormes quant à la gestion et à l'organisation de ces conseils, à la rédaction des rapports, à l'ordre du jour retenu, à l'animation du conseil, etc. Les raisons sont tantôt objectives, tantôt subjectives.

L'état actuel des rapports laisse apparaitre les remarques suivantes:

1. la pédominnace des remarques générales qui ne ciblent pas des défaillances didactiques précises.

2. la prédominance de la description et du constat aux dépens de la suggestion.

3. la tendance à l'attentisme (on attend un aval pour des actions qu'on peut pourtant entreprendre localement: organiser le soutien, installer des ateliers d'écriture, etc.).

4. l'ordre du jour est presque uniformisé pour tous les établissements. Il ne respecte que rarement le décret susmentionné régissant les conseils d'enseignement.

5. la mention de problèmes qui ne relèvent pas de la discipline, mais qui peuvent être réglés au niveau du conseil de gestion ou pédagogique (tableaux défectueux, craie de mauvaise qualité. etc.)

6. aucune méthodologie de rédaction finale du rapport n'est adoptée (les remarques sont présentées en vrac, les problèmes et les solutions sont mêlées, etc.)

7. certains rapports sont écrits en arabe. ce qui ne favorise pas une réflexion en bonne et due forme sur la didactique du français.

 

Il serait intéresant de répartir les remarques comme suit: (ce ne sont là que des idées préliminaires qui sont en train d'être structurées et finalisées)

1. à caractère local./à caractère périphérique (provincial, régional, etc.)

2. à caractère didactique, à caractère adminstratif, etc.

3. à caractère urgent / à caractère stratégique.

4. à caractère descriptif / à caractère propositionnel.

5. etc.

 

Voici un exemple de rapport de synthèse qui reprend, en les structurant, les remarques contenues dans le rapports des conseils d'enseignement envoyés par les établissements.

conseil-d-enseignement.doc conseil-d-enseignement.doc

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire