Document "authentique"

Quand les loups entrent dans la bergerie!

 

Certrains présentent le document "authentique" dans le cadre de l'enseignement / apprentissage des langues comme une bible sacro-sainte qu'il est obligatoire de gérer tel qu'il a été créé, souvent sans avancer aucun argument valable.

Mais,

à ma connaissance modeste, selon la logique socio-culturelle, suivant les réflexions spécialisées dans le domaine de la littérature, de l'histoire des idées, etc.:

1- Balzac, Molière, Mme de La Fayette, Sénancour, Goethe, Assia Jebbar, Driss Chraïbi, etc. n'ont pas écrit leurs romans, leurs nouvelles, etc. pour des raisons didactiques, i.e. ils n'avaient pas l'intention  d'aider des élèves  à apprendre les fondements d'une langue étrangère.

2- ce type de document authentique appartient à la sphère des savoirs sociaux, des savoirs savants; pour l'utiliser en classe, il est fondamental de le didactiser, de le soumettre à une transposition didactique réfléchie.

3- Le document purement  authentique est un choix relatif à la didactique des langues maternelles

4- Quand les concepteurs des manuels ou les professeurs formulent leurs objectifs didactiques pour tel niveau ou pour telle classe, ils le font selon des choix pédagogiques liés à des choix curriculaires institutionnels, à des finalités socioculturelles, à des visées didactiques identifiées. Ce sont ces objectifs qui précédent le choix des documents-supports

5- Le choix des supports dépend donc des objectifs; on privilégie certes la piste du document authentique s'il répond aux exigences de l'objectif, ce qui est rare voire impossible. 

 

Il est donc essentiel d'ADAPTER le document "authentique" aux exigences didactiques, psychologiques et méthodologiques de l'objectif (et pas le contraire sinon on s'inscrirait dans la logique de la didactique des langues maternelles); Nos prédécesseurs, ceux des années 70 et 80 l'ont bien compris; c'étaient des pédagogues.

 

Sur un autre plan, le document fabriqué, conçu, élaboré est-il utile ou inutile du point de vue purement didactique?

Si on demande à l'enseignant de fabriquer, de concevoir, d'élaborer des situations problèmes, des exercices, des outils d'évaluation, etc...pour répondre à des situations d'apprentissage ici et maintenant (en fonction des réalités et des contextes locaux et localisés), pourquoi lui refuserait-on la possibilité de "fabriquer" un document à des fins purement didactiques?

Des principes doivent être alors respectés:

1- pertinence du document élaboré: harmonie avec l'objectif

2- cohérence avec les documents déjà utilisés et avec la logique thématique et référentielle des apprentissages retenus

3- cohérence avec le système des valeurs tel qu'il est consigné dans le référentiel national des valeurs

4- accessible, transparent, rigoureux, concis, etc.

 

 

 

Ajouter un commentaire