Lecture magistrale ...

... ou silencieuse?

 

             il est d'usage, lors des séances de lecture ou d'étude de texte, de procéder par une lecture magistarle ou silencieuse.

             Le choix de l'une ou de l'autre n'est pas à fortiori le fruit d'un hasard didactique ou d'une motivation impressionniste. Elles ne sont pas, en effet, interchangeables. Chacune remplit des fonctions exclusives et vise des objectifs précis. Le choix devrait donc répondre à des exigences d'encadrement et de formation.

Les paramètres qui président au choix de l'une ou de l'autre sont:

1. la nature du texte (genre, type)

2. la dimension du texte (long, court)

3. les objectifs liés aux besoins des élèves, à la période de l'année, etc.

4. les capacités des élèves et leurs réactions.

etc.

 

          Ainsi, la lecture magistrale est recommandée:

1. quand le texte est court (lire à haute voix un texte long risque de déconcentrer les élèves).

2. quand il présente des spécificités prosodiques ou supraségmentales (poème, pargaraphe expressif) à montrer aux élèves.

3. quand il est essentiel de donner "un modéle" de lecture donné (élèves en difficultés, etc.)

 

NB. On veillera, dans ces cas, à ce que les élèves sont attentifs. on veillera à ne pas se déplacer en lisant (risque de distraction). On s'installera en face de la classe.

 

         La lecture silencieuse est indiquée quand:

1. le texte est généralement fictif (narratif, etc)  et relativement long.

2. on travaille la capacité des élèves à lire individuellement ... pour les habituer à l'autonomie.

3. on travaille le repérage d'indices textuels utiles à la compréhension et à la gestion ultérieure du texte.

 

NB. il est nécessaire, dans ces cas, de faire encadrer la lecture par des consignes de repérage ou des grilles de travail.

 

Commentaires (2)

Le modérateur
  • 1. Le modérateur | 07/02/2018
bonjour
1- oui, tout à fait, on peut ( on doit parfois) pour le même texte combiner les trois types de lecture: lecture silencieuse d'abord pour s'imprégner du sens du texte, ensuite, lecture magistrale (surtout de fragments) pour aider les élèves à déchiffrer certains mots qui pourraient poser des problèmes prosodiques, enfin lectures vocales pour vérifier le degré de maîtrise du déchiffrement et pour s'assurer de la compréhension du texte (expressivité au service du sens)./
2- la lecture silencieuse et la lecture vocale (que vous appelez individuelle) sont individuelles et utiles.
Bonne chance
Jaddi
  • 2. Jaddi | 06/02/2018
Bonjour,
Merci infiniment pour toutes ces informations qui sont très utiles.
Après la lecture de cet article, il m'est venu à l'esprit deux questions:
1- peut-on faire ces deux lectures pour le même texte, la lecture magistrale pour que les élèves savent comment se prononcent certains mots difficiles, et ensuite la lecture sulencieuse?

2- vous avez parlé de lecture magistrale et silencieuse, et concernant la lecture individuelle? Est-elle nécessaire?

Ajouter un commentaire

 
×