Pièges des manuels

ils risquent de dérouter les élèves pendant les examens!

 

            Avant de présenter quelques exemples de dérives contenues dans le manuel et qui pourraient d’une part fausser les opérations de didactisation des contenus linguistiques, d’autre part de dérouter les élèves, surtout pendant les évaluations et les examens, considérons la place du manuel scolaire dans le processus curriculaire.

Le curriculum fonctionne de la manière suivante :

  1. Curriculum officiel : savoirs savants conçus par les experts du ministère, ce sont des contenus à l’état brut, empruntés directement aux champs scientifiques de référence.
  2. Curriculum formel : savoirs savants transformés en savoirs enseignables. Ils ont subi une première transposition didactique.
  3. Curriculum réel : les savoirs enseignables sont transformés en savoirs à enseigner et à apprendre. Ils sont censés subir une deuxième transposition didactiques qui prend en compte les vrais besoins des élèves (prise ne compte des différences régionales, locales)

          Le manuel scolaire se situe dans le deuxième niveau (curriculum formel) qui devrait encore faire l’objet de transposition en classe (curriculum réel). Il n’est donc pas fermé aux modifications.

Exemples de dérives :

  1. Certaines activités de langue  portent un titre qui ne correspond pas aux contenus de l’activité. On intitule «  subordonnée circonstancielle de cause », mais on insère des groupes prépositionnels (à cause de, grâce à) qui n'introduisent pas des subordonées circonstantielles dans la liste réservée aux subordonnants (puisuqe, parce que, etc.). Le risque pour l’élève est de faire l’amalgame entre les deux et il risque de mal répondre aux examens ( dont les réponses justes sont catégoriques). Cet exemple s’étend aux autres circonstancielles.
  2. Certains textes sont catégorisés selon une typologie incorrecte. ; ce qui induit en erreur et l’on risque de calquer un type donnée sur un autre différent.

 

     Il est donc essentiel, lors de la gestion des problématiques grammaticales ou morphosyntactiques, de consulter des ouvrages de référence et des documents scientifiquement plus fiables.

NB. on pourrait étudier les différents groupes pérpositionnels ou nominaux  ou coordonnants etc. qui expriment une circonstance donnée (à cause de, pour + infinitif, donc, etc.) sous forme de prérequis préalables.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×