Situation-problème (2)

.... Ce qui est construit et CE QUI EST à CONSTRUIRE !

 

En plus des principes énumérés dans la rubrique "situation-problème" ( cf.  http://baaziz-kafgrab.e-monsite.com/pages/divers-didactique/situation-probleme.html ), une situation -problème doit proposer aux élèves des savoirs, des savoir-faire, etc.  dont il ignore encore la résolution. C'est grâce à un effort de réflexion qui leur permettra d'y arriver, en  confrontant leurs représentations antérieures avec les données nouvelles de la situation proposée pour faire des hypothèses de compréhension, de construction et de régulation.

Proposer des savoirs déjà construits, mis en exergue par des couleurs par le dessus le marché, n'est pas une situation-problème car on a proposé aux élèves une situation déjà résolue, qui ne sollicite plus sa réflexion personnelle, mais qui va exiger de l'enseignement vertical, frontal (sous forme de questions-réponses) pour essayer de lui en montrer le fonctionnement. voici un exemple de ce type de situation, qui n'est pas une situation-problème:

1- les enfants jouaient au ballon, lorsqu'on entendit un bruit.

(NB: on s'évertuera à montrer, en enseignant, les deux temps, leurs emplois, etc, les élèves ne réagiraient qu'au stimulus car ils n'ont pas participé à la construction de ce savoir qui leur est présenté sous sa forme finale, parfaite)

Le jeu est déjà faussé, puisque le problème est déjà résolu; les élèves doivent attendre que leur professeur leur explique comment cela est fait; ce qui engendre plus d'enseignement, plus de passivité de la part des élèves, plus d'exclusion, etc. Ce type de situation s'apparente à une situation d'arrivée , non de départ, c'est à quoi devraient en principe parvenir les élèves

Or, si on leur présente cette situation comme suit (situation problème):

1- 1- les enfants (jouer) ...............au ballon, lorsqu'on (entendre).....................un bruit. 

imparfait  passé simple
nous allions il alla 
ils marchaient il descendit

 

Consigne: conjuguez les verbes (...) aux temps du récit convenables (ou au passé simple ou à l'imparfait) en vous aidant de la grille ci-dessus

NB: 

D'emblée, les élèves vont s'appuyer sur des données nouvelles, sur des données fournies par l'enseignant (tableau de conjugaison par exemple dans ce cas) et sur ce qu'ils savent préalablement à propos des temps du récit pour mener une réflexion personnelle sur l'emploi de ces deux verbes; ils seront obligés de faire INDIVIDUELLEMENT des essais-erreurs, des hypothèses qui les conduiront à trouver la solution et à résoudre la situation; l'intervention du professeur sera orientée, en utilisant cette fois-ci des couleurs, vers la justification des propositions (donc construction consciente), la consolidation des réponses correctes et la régulation de celles qui ne le sont pas

 

Ajouter un commentaire