La richesse dans la diversité.

                  

Le manuel scolaire.

                    Le principe de la diversification des manuels scolaires est louable. Censés s'adresser à des publics différents, les manuels auraient pour mission d'harmoniser les niveaux, de résoudre les problèmes inhérents aux spécificités régionales et locales, de favoriser un enseignement/apprentissage adapté aux besoins changeants, de proposer une gamme riche pour des choix pédagogiques argumentés, etc.

                     Cependant, l'expérience de quelques années fait surgir des interrogations, légitimes d'ailleurs, sur l'état des manuels actuels qui sont de plus en plus soumis à des critiques souvent acerbes. Lesquelles critiques, il est vrai, ne sont pas toujours fondées sur des critères liés directement aux manuels.

                     C'est pour rendre méthodique et rigoureux tout effort de les soumettre  à une analyse critique que nous aimerions initier cette recherche collective à travers ce site.

                     Il va sans dire que le manuel scolaire demeure un outil indispensable à l'action d'enseignement/apprentissage bien que son utilisation, telle qu'elle est observée dans la réalité pédagogique marocaine, soulève divers dysfonctionnements relatifs  à la pertinence, à la cohérence, à la productivité...

                    Le manuel scolaire, qui est à priori destiné à un public déterminé, se heurte à certains problèmes d'ordre praxéologique, notamment son « adaptabilité », l'hétérogénéité de ses utilisateurs, le flou de ses fondements épistémologiques et didactiques, la maladresse de certaines de ses activités, la lourdeur de ses progressions, etc.

                  C'est ainsi qu'il apparaît primordial de le soumettre à une réflexion pédagogique qui doit être menée par les hommes du terrain. Laquelle réflexion pourrait englober au moins six aspects :

1. l'aspect didactico-pédagogique: il serait fructueux de voir comment s'articulent les contenus au sein du manuel, comment fonctionnent les approches préconisées, comment cohabitent savoirs, savoir-faire et savoir-être, comment se présentent les connaissances, les faits culturels et les théories pédagogiques...

2. l'aspect scientifique: il est indispensable de vérifier la correction de la langue utilisée, la rigueur scientifique des concepts définis, la fluidité des apprentissages proposés...

3. l'aspect méthodologique: une analyse des réseaux de relations méthodologiques est souhaitable: cohérence, progression, remplissage, redites, clarté...

4. l'aspect esthétique: il faut étudier la philosophie esthétique qui traverse le manuel: images, photos, tableaux de peinture...en vue de vérifier sa pertinence, son caractère arbitraire...

 5. l'aspect culturel: les manuels gèrent-ils les faits culturels d'une manière souple, intelligente et fluide? proposent-ils des faits culturels appartenant à des horizons divers?...

 6. l'aspect civique: les données relatives à l'éducation aux droits de l'Homme et de l'enfant sont-elles intégrées selon une logique pédagogico-didactique justifiée? cohabitent-elles avec les autres contenus?

                 Une tentative de proposer une démarche qui rentabilisera l'utilisation du manuel, argumentée et justifiée pédagogiquement, devrait, en toute logique, couronner cette réflexion.

                 Par ailleurs, un travail de repérage de ces dysfonctionnements devra être mené au préalable. La réflexion, en effet, gagnera en efficience si elle s'appuie sur des données puisées dans les manuels  et conçues sous forme d'un corpus représentatif permettant une réflexion d'ordre déductif.

           Nous suggérons, dans le but  d'élaborer un corpus qui permettrait de tirer les conclusions conséquentes, de suivre les étapes suivantes :

1. relever, en vrac s'il le faut, tout dysfonctionnement répertorié dans les sept manuels en vigueur (linguistique, méthodologique, culturel, scientifique, esthétique, etc.)

2. regrouper les données selon des critères thématiques ou méthodologiques (didactique, linguistique, communicatif, etc.)

3. réfléchir collectivement sur les informations rapportées.

4. tenter de «réorganiser» les manuels selon primo les approches par les compétences, secundo les besoins des élèves, tertio les exigences des différents échéanciers docimologiques.

 

 

 NB :

Les manuels en vigueur sont :

- 1ère année : L'heure du français, Parcours.

- 2ème année : Le français au collège, Parcours.

- 3ème année : Parcours, Passerelle, L'heure du français.

 

Commentaires (9)

nizar
  • 1. nizar | 13/07/2017
merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
oizani asmaa
  • 2. oizani asmaa | 02/05/2015
bonjour
je fais une confrontation entre les deux manuels parcours et l'heure du français
je voudrais savoir les compétences que développent chaque manuel
et la différence qui se trouve entre eux dans l'activité de lecture
ait sidi
  • 3. ait sidi | 25/11/2011
moiii aussi j'ai des problemmmmmmmmmmme commme vousss!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Nawfal Bourasse
  • 4. Nawfal Bourasse | 04/09/2011
bonjour: Notre enseignement commence à perdre son autonomie et devient une copie du système français en oubliant que la socièté marocaine est autre que la française ,ce que veulent les responsables de ces jeunes générations ,sans aucune personnalité propre et vont etre des esclaves aux français .A mon avis ceci constitue une vraie catastrophe pour les marocains de demain sachant que le système français connait des difficultés par rapport aux USA surtout dans le domaine de recherche et la preuve le dernier classement des universités dans le monde avec une diminance des USA (Harvard ).
amal
  • 5. amal | 07/04/2011
salam
je suis enseigante de francais
à un villege à nador
je vois que les manuels ne sont pas adéquats avec le niveau des élèves
mariem
  • 6. mariem | 05/04/2010
notre formateur nous a demandé de faire une étude critique du manuel de français Passerelle,j'aimerais qu'on m'aide
le modérateur
  • 7. le modérateur | 04/04/2010
Les manuels scolaires en vigueur ont été élaborés avant l'institutionalisation de la pédagogie de l'intégration. Il y a, en effet, une note ministérielle n° 112 /2008 qui énonce les bases pédagogiques et organisationnelles qui président à l'instauration de cette pédagogie. Elle est donc ultérieure aux manuels (élaborés entre 2001 et 2004).
Mais, puisque l'enseignement/apprentissage du français s'inspirait déjà de la pédagogie du projet qui posséde des principes communs avec la pédagogie de l'intégration et que le LIVRE BLANC (2001) s'appuie sur la notion de compétence en en mettant en place cinq types ( compétences stratégiques, culturelles, communicatives, méthodologiques, technologiques), les manuels scolaires respectent, PARTIELLEMENT, l'approche par les compétences qui aboutit à la pédagogie de l'intégration. Ils ont en commun les principes suivants: la cohérence, la progression, la souplesse, la centration sur l'apprenant ... ce qui est "détectable" partiellement dans les contenus et les structures des manuels.
mariem
  • 8. mariem | 01/04/2010
je voudrai connaitre 3 choses sur le manuel Passerelle;
-a quel point le manuel respecte la pédagogie d'intégration?
-quelles sont les caractéristiques du manuel Passerelle
fatima zohra
  • 9. fatima zohra | 25/02/2010
bonjour,
je voudrai connaitre 3 choses sur le manuel Passerelle:
- a quel point le manuel respecte la ped d'intégration;
- les fonctions du projet ped en "3eme année;
- les fonctions du manuel.
merci de bien vouloir me répondre le plus vite possible.

Ajouter un commentaire

 
×