Tenir un cahier journal

Un travail pédagogique structuré et efficient ne peut se passer d'une planification des apprentissages et d'une organisation de l'action d'enseignement/apprentissage.

 

             Une gestion pédagogique d'une classe ne peut réussir si elle est anarchique, si elle n'est pas évolutive, si elle n'adopte aucune progression, si elle se fie aux aléas contextuels, si elle obéit à l'intuition quotidienne, si elle se refuse à la planification et à l'organisation. C'est pourquoi, la tenue d"un document de planification (le cahier journal ou le carnet de bord) est impérative. Institutionnellement parlant, elle est imposée par les textes pédagogiques officiels, à savoir les Orientations pédagogiques (lycée 2007: page 7 / collège 2009 page 36). Pédagogiquement parlant, on ne peut évoluer si le travail n'a pas de mémoire, si l'action pédagogique n'est pas rectifiée quand il le faut, si on ne dispose pas de traces pour préparer les apprentissags ultérieurs. On risque, sans la tenue et l'exploitation, en bonne et due forme, d'un cahier journal, de rencontrer ls mêmes situations, de proposer les mêmes "remédes", de commettre les mêmes erreurs et, partant, de "cueillir" les même échecs.

 

Voici un exemple  (qui est bien sûr à adapter pour les besoins de chaque situation pédagogique et didactique locale), d'une partie d'un cahier journal à propos du module (la typologie textuelle):

tenue-d-un-cahier-journal.docx tenue-d-un-cahier-journal.docx

 

et une compraraison entre le cahier journal et le cahier des textes, qui ont des fonctions différentes et  ne doivent, donc,  pas être présentés comme des copies conformes:

 

cahier-journal-cahier-des-textes.docx cahier-journal vs cahier-des-textes.docx

 

Ajouter un commentaire