Traces écrites

De l'apprentissage ....

 

           Les traces écrites sont les contenus d'ordre linguistique, textuel, méthodologique, etc. qui couronnent généralement un processus d'enseignement/apprentissage durant une séance donnée. Elles permettent aux élèves d'avoir des traces susceptibles de leur faciliter l'apprentissage post-pédagogique, i.e. en situation d'autonomie. Elles font partie de la progression de l'activité et se présentent comme des résumés conclusifs qui rendent compte du cheminement cognitif (dans son acception la plus large) de chaque activité.

       Les traces écrites, pour être performantes, sont censées respecter, au moins, les critères suivants:

1. le dosage: les besoins des élèves sont les facteurs essentiels qui président au choix des contenus à proposer pour les traces écrites. Rien ne sert à fournir des contenus qui dépassent les capacités intellectuelles des élèves, quand bien même ils seraient parfaits.

2. la centration sur la langue: les élèves de l'enseignement général (primaire, collège, lycée) ont des besoins principalement linguistiques et communicatifs. Les traces écrites gagneraient en efficience, en effet, si elles développaient l'intuition linguistique (savoirs enseignables et facilement appris) aux dépens de contenus théoriques ou de savoirs savants, qui assouviraient peut-être les attentes des spécialistes.

3. la diversité: les besoins des élèves sont hétérogènes; leurs attentes sont variées. C'est pourquoi, plus les contenus sont diversifiés, plus on aura l'occasion de répondre à de larges attentes (corpus de phrases, canevas, exemples illustratifs d'une règle de fonctionnement, etc.).

4. la fonctionnalité: des traces écrites pour elles mêmes, gratuites, n'apportent rien aux apprentissages. Il est donc fortement recommandé, pour assurer une articulation entre les activités de l'amont et celles de l'aval entre autres, de proposer des contenus, réutilisables ultérieurement et exploitables dans d'autres situations d'apprentissage.

5. la cohérence: les traces écrites sont construites ici et maintenant, en fonction du processus chrono-logique de l'activité. C'est pourquoi, il est primordial de rattacher cette phase de l'activité aux autres (présentation, conceptualisation, compréhension, etc.). La greffe de traces écrites, EXTERNES, risque d'être "rejetée". C'est le cas de l'adoption totale de la rubrique "je retiens" (figurant dans les manuels de l'élève pour le collège) comme traces écrites. Il est illogique de construire, pas à pas, les PHASES d'un cours ou d'une activité, avec la participation de l'enseignant et des élèves, et proposer, subitement, sans ancrage pédagogique, sans légitimité didactique, sans bon sens, des contenus conçus préalablement, en dehors du sujet et de l'objet DIDACTIQUES.

6. la rigueur: les traces écrites doivent être, scientifiquement, correctes, esthétiquement bien présentées, didactiquement fiables...

7. les valeurs: les élèves ont toujours besoin d'être rappelés à l'ordre. Il faut le leur faire APPRENDRE. C'est pourquoi, il est essentiel de leur inculquer de bonnes habitudes de la tenue des cahiers, de l'organisation de l'écriture, de la structuration des pages, etc. utiles à la construction de valeurs organisationnelles et "ergonomiques", à la genèse d'une conscience esthétique, à la formation d'une conviction cognitive et méthodologique.

 8. l'efficacité: par opposition à l'exhaustivité, l'efficacité consiste à proposer aux élèves des traces écrites dosées et visant un objectif précis. On n'est pas obligé de leur demander de recopier toutes les données portées au tableau durant une séance donnée, mais on pourrait sélectionner les contenus les plus utiles, les plus fructueux, bref, les plus efficaces. Ce qui facilitera la révision en situation d'autonomie. L'exhaustivité, en effet, n'est bonne que quand elle est vraiment incontournable ou nécessaire.

Commentaires (2)

M.Aicha
  • 1. M.Aicha | 15/07/2017
Salam,
Tout d'abord, j'aimerais bien vous remercier pour l'ensemble des informations fournies dans votre site.
Comme vous savez tous, l'apprentissage de la langue française ne parvient pas encore à progresser malgré les efforts déployés par le ministère. Nous, les profs, on cesse pas orienter l' apprenant de poursuivre quelques procédueures simples et faciles à ce sujet. Cependant, on se rend compte qu'il a perdu cet envie d'apprendre cette langue étrangère. La question n'a pas encore de réponse et le file de l'echec s'agrandit de plus en plus.
Merci encore une fois.
CHAABIHI
  • 2. CHAABIHI | 09/07/2017
Je viens de découvrir votre site ; il est riche et bien fait. Comme je travail sur la trace écrite en classe de français au secondaire qualifiant je n'ai pas trouvé d'ouvrages qui en parlent directement à l'exception de quelques mémoires universitaires français. J'ai besoin d'une bibliographie. je vous prie de m'envoyer des titres si vous en connaissez. Merci d'avance !

Ajouter un commentaire

 
×